Villeurbanne, capitale française de la Culture, mise sur la jeunesse

Gratte-ciel-photo-Gilles-Michallet-25

C’est une première : en 2022, une ville est labellisée « capitale française de la Culture ». Et c’est Villeurbanne, 153 000 habitants, près de Lyon, dans le sud-est, qui a été choisie. Pas moins de 300 spectacles, 30 festivals et trois grandes expositions sont programmés tout au long de l’année dans cette ville ouvrière, terre d’immigration, laboratoire de la décentralisation culturelle, dont la moitié de population a moins de 30 ans. Pas étonnant donc que les jeunes comptent parmi le public prioritaire de cette initiative pionnière, dont certaines réalisations perdureront au-delà de cette année. 

Faire briller les yeux des plus jeunes et leur ouvrir de nouveaux horizons … Voilà l’objectif des « minimixes », un projet pionnier de centres culturels, implantés dans 19 écoles de Villeurbanne pendant l’année 2022.

Dans la cour de l’élémentaire Jules-Ferry, la compagnie Turak, spécialisée dans le théâtre d’objets, a garé sa roulotte vitrée, à la fois scène ouverte et lieu de vie pour les comédiens-marionnettistes. Sama est en CP, elle ne cache pas son enthousiasme (« Y’a rien du tout que j’ai pas aimé ! ») et rappelle au spectateur de passage que la Turakie est un « pays imaginaire » … qui annexe donc pacifiquement la cour de son école pour plusieurs semaines.

Pour Christilla Bobichon, directrice de l’établissement, accueillir une compagnie sur un temps long, cela change tout. « On est sous le charme ! Il y a un véritable dialogue entre les enfants et la compagnie. Ils sont très enthousiastes. Au niveau de leur imaginaire, des choses se sont débloquées, les élèves verbalisent mieux leurs sentiments », assure-t-elle.

Créer des liens

Cette volonté de miser sur la jeunesse et sur l’avenir a émergé dès le début de la candidature de Villeurbanne au label de capitale française de la Culture. Pour le maire Cédric van Styvendael, il s’agit de créer des liens, d’autant que le centre-ville est amené à s’agrandir considérablement à la faveur d’une vaste opération immobilière.

« Il y a presque 100 ans, un homme politique de gauche, médecin hygiéniste, Lazare Goujon, a pensé le centre de Villeurbanne comme une utopie urbaine réalisée, rappelle l’élu du Parti socialiste. Or, aujourd’hui, les villes ont perdu de leur imaginaire positif. Rester en ville est parfois perçu comme une obligation, une assignation à résidence pour des questions financières. On a parfois du mal à se dire ce que l’on fait ensemble ».

« Construire ensemble »

Or, Cédric Van Styvendael en a la conviction : « La culture peut nous aider à cela : à nous dire ce que nous voulons construire ensemble. Et c’est aussi autour de cela que nous avons bâti cette capitale française de la Culture ». 

Les « minimixes », les centres culturels dans les écoles de Villeurbanne, seront pérennisés au-delà de 2022. Pour les plus grands, dans le même temps, le TNP, le Théâtre national populaire, emblématique de la ville, accueille 34 jeunes dans une troupe éphémère. D’autres encore sont en train de monter le festival de la Jeunesse, entièrement conçu par les 12-25 ans, qui ouvrira le 3 juin prochain.

 

Retrouvez l’émission sur le site de RFI

Publié le 14.03.2022

INSCRIVEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Villeurbanne bénéficie du label « Capitale française de la culture » pour l’année 2022, un projet piloté et financé par le ministère de la Culture avec le soutien de la Caisse des Dépôts.