Avec les Parlements, les jeunesses villeurbannaises prennent la parole

Parlements

Pendant deux jours, 80 élèves de seconde des lycées Faÿs et Magenta ont travaillé avec les équipes de KompleX KapharnauM sur l’écriture et la mise en voix de textes qui seront restitués fin mai dans l’espace public.

 Seuls ou par binômes, les élèves de seconde des lycées Magenta et Frédéric Faÿs se succèdent au micro devant leurs camarades, dans l’espace « forum » des locaux de KompleX KapharnauM (KXKM), à Vaulx-en-Velin. Certains débattent sur l’amour ou la vie à la campagne, d’autres lisent des textes aux accents poétiques inspirés de leur propre vécu. Les performances sont inégales mais toujours applaudies, dans une ambiance qui cède parfois à l’excitation des adolescents. « Au début, j’avais le trac, mais à force de répéter depuis hier, j’ai réussi à bien m’exprimer face au public », se félicite Williams, 16 ans, en sortant de la scène.

Projet phare de Villeurbanne capitale française de la culture, les Parlements des collèges et des lycées doivent permettre « une prise de parole des jeunesses villeurbannaises, pour faire sortir cette parole du cadre scolaire et l’amener dans l’espace public », comme le définit Stéphane Bonnard, cofondateur de KXKM, déjà en vue lors de l’inauguration du label CFC 2022 début janvier.

Inès, 15 ans, en seconde au lycée Frédéric Faÿs

On parle beaucoup des jeunes à la télé, mais d’autres parlent à notre place, nous on ne donne pas notre avis. Ici, au contraire, on peut s’exprimer sur ce que l’on ressent. Avec ces Parlements, notre parole va être relayée par des gens influents, comme vous les journalistes. Moi, j’ai participé à l’atelier débat, j’ai dû essayer de convaincre le public sur le sujet pour ou contre la police. Ce n’était pas mon préféré, donc il a fallu se creuser la tête.

Parlements

Lilia, 15 ans, en seconde au lycée Frédéric Faÿs

Ces deux jours ont été intéressants, même si je sors avec quelques maux de tête à cause du bruit. Le concept est super, il permet de faire parler de nous avec un point de vue différent de celui des adultes. Dans l’atelier d’écriture, on devait piocher un mot et raconter un souvenir lié à cela. Moi j’ai tiré « bagarre », j’ai parlé de mes frères et sœurs. On a ensuite écrit une histoire à partir des différents récits. Le message, c’est qu’on a tous des vies différentes et que chacun de nous est unique.

Parlements

INSCRIVEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Villeurbanne bénéficie du label « Capitale française de la culture » pour l’année 2022, un projet piloté et financé par le ministère de la Culture avec le soutien de la Caisse des Dépôts.